Communiqué canton 7

Nous nous félicitons des bons résultats enregistrés par le Front de Gauche sur Montpellier. Sur le canton 7, nous réalisons un score de 10% ce qui représente une forte progression aussi bien en pourcentage qu'en nombre de voix. Les bons scores du Petit Bard (13%) et des Cévennes (23%) nous encouragent à continuer notre travail de terrain dans les quartiers populaires. Cette progression est la preuve de la nécessité de voir émerger une alternative à gauche afin de réellement changer la vie des gens. C'est encourageant pour l'avenir et les échéances prochaines. La gauche dans son ensemble est largement majoritaire sur le canton, malgré le score du FN (qui perd tout de même en voix par rapport à 2004). L'UMP s'effondre et fait les frais de la politique désastreuse du gouvernement. Pour le second tour, nous appelons à faire barrage à l'extrême droite dont nous combattons fermement les idées et le discours démagogique.

Damien Gautreau, militant communiste, candidat du Front de Gauche sur Montpellier 7

pour en savoir plus...

Les jeunes à l'assaut de la polique !


Pour ces cantonales, le Front de Gauche lance un signe fort en faveur de la diversité et du renouveau. Nos partis respectifs ont fait le choix de laisser une large place à la jeunesse lors de ces élections et ça mérite d'être souligné à la vue de nos adversaires. Nous sommes neufs, motivés et conquérants; nous sommes décidés à redonner à la politique ses lettres de noblesse. Cette politique qui trop souvent laisse des oubliés sur le bord de la route, négligeant ainsi l'avenir. Oui la jeunesse c'est l'avenir. Nous sommes résolument tournés vers l'avenir, refusant les vieux schémas de la politique et prêts à changer en profondeur notre société.

Ces cantonales ne sont qu'un début, un tour de chauffe pour la jeune garde, la jeune garde qui est loin d'avoir dit son dernier mot. C'est donc clair, le 20 mars, pour le renouveau, pour la diversité, pour la jeunesse, le seul vote utile, c'est le vote Front de Gauche.

pour en savoir plus...

Salah, depuis sa prison

Depuis les cellules de la prison, on peut entendre des voix parfois indignées qui parlent des droits de l’homme….Ces hommes politiques, ces gouvernements qui prétendent défendre les droits de l'homme et appliquer la justice savent-ils ce qui se passe dans les prisons de l'occupation israélienne ? Savent-ils que plus de 8000 prisonniers sont victimes de mort lente ?

Parfois des voix s’élèvent lors de réunions au sommet, il arrive que quelqu'un parle des prisonniers politiques palestiniens mais on parle de nous comme des terroristes, des numéros sans visage alors que comme tous les êtres humains, nous sommes parfois faibles, parfois forts, nous aimons et nous détestons, nous rions, nous avons même des moments de joie ou nous pleurons aussi quand nous pensons à nos familles.

Pour exprimer notre souffrance, il me faudrait écrire 10 livres mais même une encyclopédie ne ferait pas bouger vos consciences s’il vous en reste une après la course au pétrodollar de l’Oncle Sam qui occupe l’Irak en guise de démocratie.

Vous soutenez la justice et les droits de l’homme dans certains endroits du monde mais ici, vous soutenez et légitimez l’occupation et nous en payons le prix dans nos cellules.

Avez-vous déjà imaginé une femme palestinienne accouchant en prison, les pieds et mains liés ?

Avez-vous déjà vu un enfant de 12 ans menotté a un check point et laissé des heures au soleil ou sous la pluie par la volonté d'un simple soldat ?

Savez-vous qu’un grand nombre de mes camarades a déjà passé plus de 20 ans derrière les barreaux ? Beaucoup ont perdu leurs parents sans pouvoir leur dire adieu.

Les gouvernements occidentaux se doivent de réviser leurs positions concernant le Proche- orient avant qu’il ne soit trop tard.

Depuis quelque temps, les révolutions de peuples arabes sont en train de mettre fin á des dictatures qui ont le plus souvent servi vos intérêts au lieu de défendre leurs peuples.

Vive les révolutions arabes ! Vive le pouvoir des peuples ! Vive la liberté

Salah Hamouri

Section 1

Prison de Guilboa, le 20 février 2011

pour en savoir plus...